Partager
Version imprimable

Current Size: 100%

Fenouillèdes Nature - Bouger

DES PAYSAGES SCULPTES PAR LA NATURE ET LES HOMMES, TEMOIS D’UNE HISTOIRE MOUVEMENTEE

Le territoire se compose de plusieurs unités paysagères qui témoignent d’une histoire géologique et géomorphologique remarquable.

Le synclinal du Fenouillèdes, entre Caudiès et Maury, résulte de la surrection des Pyrénées il y a 55 millions d’années. Les petites collines qui adoucissent le paysage aux crêtes rocheuses escarpées sont d’anciens dépôts argileux érodés propices à la plantation des vignes.

Ces dernières sont reines sur les coteaux viticoles de la vallée de l’Agly : le relief, formant une transition entre les Pyrénées et les Corbières, est composé de couches de granite, schiste et calcaire plissées et déformées. Cultivées en terrasse jusqu’au XXème siècle, les pentes sont aujourd’hui couvertes de garrigues (sols calcaires), de maquis (sols acides) et de boisement de chênes verts en taillis.

La plaine de Latour-de-France (à l’Est), caractérisée par la présence de la ripisylve de l’Agly et la vigne, contraste avec les terres du Haut-Fenouillèdes (à l’Ouest) qui s’élève à près de 1350 mètres. Les routes sinueuses de la vallée de la Desix, traversant les villages aux murs de schistes et de granit, offre un panorama à ne pas manquer sur les massifs montagneux boisés d’hêtres et de sapins.

 

Extrait de la carte géologique de Quillan

Zoom géologique

Le Fenouillèdes est un territoire de découverte et d'expérimentation pour tout géologue, apprenti comme expérimenté. Sur une petite zone à l'échelle globale (0,000 002% de la surface terrestre), l'histoire de centaines de millions d'années est sous nos pieds !

 

Remontons le temps à - 350 millions d'années. Le Fenouillèdes est alors une infime partie d'une chaine de montagne immense : la chaine Hercynienne, sans commune mesure avec les Pyrénées actuels, et formée par la collision de deux blocs continentaux (aujourd'hui, l'Amérique du Nord et l'Eurasie) créant la Pangée. Sa structure est encore visible : massif Armoricain, les Vosges, les Ardennes, le Massif Central, la partie sud de la Corse, la forêt Noire en Allemagne, et même les Appalaches aux Etats-Unis.

A partir de - 250 millions d'années, la dérive des continents suit son cours et la chaine hercynienne s'érode, laissant progressivement affleurer le socle granitique et métamorphique (les roches métamorphiques résultent de la recristallisation de roches plus anciennes sous l'effet de la pression et de la chaleur) : granite et gneiss (d'origine magmatique), schiste et marbre (d'origine sédimentaire).

Au cours de l'ère Secondaire (- 200 à - 85 millions d'années), le Fenouillèdes se trouve sous les eaux ou exposé à des dépôts sédimentaires importants formant les marnes noires du Crétacé et les calcaires massifs du Jurassique, pris par la suite en étau lors de la surrection des Pyrénées.

Dès lors, la contraction des couches géologiques entrainent des plissements et des failles qui sont à l'origine du tumulte paysager que nous connaissons, altéré par les rivières et les fleuves, l'érosion éolienne et l'activité sismique.

L'Homme a depuis longtemps su exploité cette richesse naturelle : fer, feldspath (utlisé pour la fabrication de céramique, carrelage et verre d'emballage), gypse (plâtre), granit, cuivre, étain, argent, or, etc. Depuis les premières occupations humaines jusqu'au milieu du XXe siècle, les mines et carrières à ciel ouvert ou creusées dans la roche furent nombreuses sur le territoire (mines de Fosse, Lesquerde, Planèzes, Rasiguères, Saint-Arnac, Saint-Paul, etc.).

 

Le territoire est également le témoin d’une activité sismique importante due à la présence de la faille Nord-Pyrénéenne, zone de contact entre les plaques tectoniques ibérique et eurasienne. Pour preuves, les sources d’eau chaude de la Clue de la Fou, les failles, et surtout le souvenir du tremblement de terre le 18 février 1996 dont l'épicentre de trouvait à une dizaine de kilomètres sous Saint-Paul de Fenouillet (5,6 de magnétitude sur l'échelle de Richter).

Aven du Grand Barenc à Opoul, association Altikarst

 

Enfin, une des grandes particularités géologiques du territoire est la roche calcaire, modelée par les eaux d’infiltration et souterraines, forme le fascinant relief karstique. Le calcaire perméable est incapable de retenir l'eau qui s'infiltre par les fissures de la roche et creuse des galeries sous terre. Grottes, aven, doline, concrétions, stalactites et stalagmites, rivières souterraines, les imposantes parois du synclinal de Saint-Paul cachent en fait un étonnant labyrinthe (ou un gruyère !) où l'Homme a trouvé refuge et qui consitue potentiellement une réserve d'eau douce importante.

 

 

Le territoire se compose de plusieurs unités paysagères qui témoignent d’une histoire géologique et géomorphologique remarquable. Le synclinal du Fenouillèdes, entre Caudiès et Maury, résulte de la surrection des Pyrénées il y a 55 millions d’années. Les petites collines qui adoucissent le paysage aux crêtes rocheuses escarpées sont d’anciens dépôts argileux érodés propices à la plantation des vignes. Ces dernières sont reines sur les coteaux viticoles de la vallée de l’Agly : le relief, formant une transition entre les Pyrénées et les Corbières, est composé de couches de granite, schiste et calcaire plissées et déformées. Cultivées en terrasse jusqu’au XXème siècle, les pentes sont aujourd’hui couvertes de garrigues (sols calcaires), de maquis (sols acides) et de boisement de chênes verts en taillis. La plaine de Latour-de-France (à l’Est), caractérisée par la présence de la ripisylve de l’Agly et la vigne, contraste avec les terres du Haut-Fenouillèdes (à l’Ouest) qui s’élève à près de 1350 mètres. Les routes sinueuses de la vallée de la Desix, traversant les villages aux murs de schistes et de granit,  offre un panorama à ne pas manquer sur les massifs montagneux boisés d’hêtres et de sapins.

Zoom géoglogique :

Le territoire est le témoin d’une activité sismique importante due à la présence de la faille Nord-Pyrénéenne, zone de contact entre les plaques tectoniques ibérique et eurasienne : sources d’eau chaude, failles, cluses. … Autre particularité, la roche calcaire, modelée par les eaux d’infiltration et souterraines, forme le fascinant relief karstique : grottes, stalactites et stalagmites …

Le sol est également riche en fer, feldspath, gypse, granit, cuivre, étain, argent, or que l’Homme a extrait des premières occupations jusqu’au milieu du XXe siècle (mines de Fosse, Lesquerde, Planèzes, Rasiguères,  Saint-Arnac, Saint-Paul, etc.).

Le territoire se compose de plusieurs unités paysagères qui témoignent d’une histoire géologique et géomorphologique remarquable. Le synclinal du Fenouillèdes, entre Caudiès et Maury, résulte de la surrection des Pyrénées il y a 55 millions d’années. Les petites collines qui adoucissent le paysage aux crêtes rocheuses escarpées sont d’anciens dépôts argileux érodés propices à la plantation des vignes. Ces dernières sont reines sur les coteaux viticoles de la vallée de l’Agly : le relief, formant une transition entre les Pyrénées et les Corbières, est composé de couches de granite, schiste et calcaire plissées et déformées. Cultivées en terrasse jusqu’au XXème siècle, les pentes sont aujourd’hui couvertes de garrigues (sols calcaires), de maquis (sols acides) et de boisement de chênes verts en taillis. La plaine de Latour-de-France (à l’Est), caractérisée par la présence de la ripisylve de l’Agly et la vigne, contraste avec les terres du Haut-Fenouillèdes (à l’Ouest) qui s’élève à près de 1350 mètres. Les routes sinueuses de la vallée de la Desix, traversant les villages aux murs de schistes et de granit, offre un panorama à ne pas manquer sur les massifs montagneux boisés d’hêtres et de sapins.

Zoom géoglogique :

Le territoire est le témoin d’une activité sismique importante due à la présence de la faille Nord-Pyrénéenne, zone de contact entre les plaques tectoniques ibérique et eurasienne : sources d’eau chaude, failles, cluses. … Autre particularité, la roche calcaire, modelée par les eaux d’infiltration et souterraines, forme le fascinant relief karstique : grottes, stalactites et stalagmites …

Le sol est également riche en fer, feldspath, gypse, granit, cuivre, étain, argent, or que l’Homme a extrait des premières occupations jusqu’au milieu du XXe siècle (mines de Fosse, Lesquerde, Planèzes, Rasiguères, Saint-Arnac, Saint-Paul, etc.).